Le mal des montagnes : prévention et conseils

,

Vous voulez gravir les sommets de l’Himalaya, de l’Everest ou de n’importe quelles hautes montagnes. Seulement, vous ne pouvez pas le faire puisque vous souffrez le mal de montagne. Ne vous inquiétez, c’est quelque chose qui peut s’arranger. Ces quelques conseils et astuces vous serviront.

Technique de prévention

La première chose que vous devez faire si vous ne voulez pas souffrir du mal de montagne est d’acclimater votre corps. Pour ce faire, vous devez tout simplement aller doucement. Grimpez donc petit à petit et essayez de ne pas dépasser un dénivelé de 500 mètres par jour au maximum. Au-delà de 3500 mètres d’altitude, limitez votre dénivelé journalier à 400 mètre. Puis, tous les 3 jours, passez deux nuits d’affilées sur une même altitude. Aussi, apprenez à écouter votre corps. Évitez de faire des efforts trop violents ou trop intenses. Si jamais votre aventure en Amérique du Sud, vous trouverez facilement des feuilles de coca. N’hésitez pas à en mâcher un peu. Cela vous aidera grandement. N’oubliez pas aussi de boire beaucoup d’eau. Hydratez-vous avant et au cours de l’ascension. Pour finir, ne vous lancez pas dans ce genre d’aventure s’il n’y a pas un médecin de montagne dans le groupe.

En cas de mal de montagne aigu

Vous avez respecté à la lettre les conseils cités précédemment, mais vous commencer quand même à sentir que certains symptômes du mal de montagne commencent à apparaître, ne continuez plus votre route. Puis, ne grimpez pas tout seul. Ayez plutôt le réflexe d’en parler directement à quelqu’un dès que vous sentez venir le premier symptôme. Ne continuez plus l’ascension et reposez-vous. Si le malaise persiste toujours, descendez prudemment pour pouvoir atteindre une plus basse altitude. Vérifiez également s’il est possible d’accéder à des caissons hyperbares puisqu’on peut parfois en trouver dans les refuges d’altitude. Sinon, le plus important c’est d’appeler le médecin de montagne qui fait partie du voyage pour qu’il puisse vérifier votre état et agir en conséquence.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *